L’avis des Verts de Chêne-Bougeries : 2 x NON

Des citoyens et associations de quartier ont eu le courage de vous donner la parole, grâce à la votation référendaire qui se terminera le 4 mars 2018. 

Avec la poussée de constructions récentes, notre commune est déjà devenue l’une des trente villes les plus denses de Suisse (source: OFS); jusqu’où accepterons-nous toujours davantage de bruit, d’atteintes au paysage et de restrictions à l’espace vital de chacun ?

Réagissons – avant qu’il ne soit trop tard

Chêne-Bougeries fait plus que sa part en matière de logement - quatre fois plus, en fait, que la moyenne cantonale: notre commune aura livré, mis en chantier ou planifié entre 2014 et 2025 plus de 2’750 logements pour une augmentation de sa population de 50%. Sur 11 ans ! Malgré une défiguration déjà évidente de nombreux secteurs de la commune, malgré une circulation saturée plusieurs heures par jour et une dégradation de l’air et de votre qualité de vie... n’en fait-on jamais assez ?

Il existe un véritable intérêt public à conserver des espaces ouverts, non bâtis, voués à l’agriculture de proximité, au travail de la terre, à l’éducation et au délassement.

Un autre avenir est possible – pour cette parcelle et pour notre commune

Située au cœur de quartiers fortement construits, la parcelle Grosjean est une véritable “île dans la ville” et doit le rester. Les promoteurs de “Place Rigaud” sont prêts à n’importe quelle demi-vérité ou approximation pour vous convaincre de favoriser leurs intérêts, sans jamais montrer leurs plans.

En résumé, voici notre lecture du scénario :

Dans le rôle du bon: le projet de ferme urbaine proposé par les membres du comité référendaire

Sur une parcelle vouée depuis plus d’un siècle à nourrir les Genevois, ils défendent la sécurité alimentaire, les circuits d’approvisionnement courts, les fruits et légumes de proximité, une éducation locale à l’environnement et à la nourriture saine.

Ils ont compris que le béton ne se mange pas !

Dans le rôle de la brute: une architecture sans pitié

28'000 m2 de surfaces de dalles concentrées sur la part constructible du terrain, 268 appartements avec vue plongeante sur la douche des voisins, un mega- parking de 280 places...

Votre commune ne mérite-t-elle pas mieux ?

Dans le rôle du truand: le concept publicitaire.

De naïfs dessins d’enfants, de minuscules rectangles à la place de 88’000 mètres cubes de volume bâti, une jeune fille sur prairie fleurie, un texte mielleux...

Le même promoteur a commis le projet Rigaud Nord, annoncé en 2009 comme exemplaire: On a vu. Faut-il y croire à nouveau en 2018 ?

Ce projet ressemble à un autre western-spaghetti (“Pour une poignée de dollars”). Mais ce n’est pas un film – c’est ce qui nous attend tous à Chêne-Bougeries et à Conches, à moins de voter 

2 x NON au déclassement et au PLQ “Place Rigaud”

ed. resp J. Le Guern

© 1999-2018 Les Verts de Chêne-Bougeries